lundi 22 janvier 2018

The Thing With Five Eyes - Noirabesque (2018)

Alors voilà.
Pour lire du Stephen King dans le noir (ou à défaut du Alan Moore, mais c'est pas la même exigence littérale) en se touchant le Rémi, je n'ai rien trouvé de mieux que 'Noirabesque' (Svart Lava 003), le dernier The Thing With Five Eyes.
D'ailleurs, on me signale en régie que The Thing With Five Eyes est le phénix de Jason Kohnen issu de ses précédents projets «darkjazz» démontés : le Kilimanjaro Darkjazz Ensemble et le Mount Fuji Doomjazz Corporation.
Vous voici préviendus.
Faudra pas venir me pleurnicher dans les basques après parce que ça fait trop peur.




dimanche 21 janvier 2018

Les Inrockuptibles spécial BD d'auteur américaine (2018)

Les Inrockuptibles, magazine de conformisme culturel de l'ultra-gauche qui se refuse tout de go à lire Télérama, publient un numéro spécial "BD d'auteur américaine".
N'y figurent aucun de mes auteurs de prédilection :
Brian K. Vaughan, Warren Ellis, Alan Moore (bon d'accord il est angliche, mais bosse souvent avec des dessinateurs yankee), Matt Fraction, Eric Stephenson, Joe Casey, Geof Darrow, Ales Kot et Marcel Gotlib y sont honteusement passés sous silence.
J'ai bien fait de le voler plutôt que de l'acheter.
Leur numéro "Bye-Bye Johnny" (que j'ai acheté, car j'ai le nez creux tellement il est gros) était mieux branlé.

Je vais leur écrire, tiens.
Ils vont m'entendre.

jeudi 18 janvier 2018

Compilation - Avis de grand frère (2018)

J'voudrais pas la ramener avec ça, mais je pense qu'au niveau météo, on a mangé notre pain blanc. On n'en est pas encore au niveau de la Californie, noyée sous des coulées de boues après des incendies dévastateurs, mais on sait que les Californiens sont des fornicateurs gauchistes qui méritent bien le châtiment qui leur tombe sur la figure en direct des Cieux Courroucés, et pourtant Trump les avait bien prévenus, les télévangélistes aussi, mais que voulez-vous, ces gens-là n'ont d'oreilles que pour le Grateful Dead et autres hippies complètement ringardisés par l'effet de serre.
Donc c'est un avis de grand frais en cours pour toutes les zones, de Gladden à Hudshire en passant par Fisher Bank et Dogger Bank, l'étrange mélopée de tous les machins au Nord de l'Irlande qu'on entendait sur la météo marine grandes ondes quand on était en mer petits, et qu'on naviguait en Manche, courte ou longue, mais ça nous a pas rendu plus humbles. Quand on entendait ça, avis de grand frais en cours, on n'en menait pas large, car ce n'était pas annonciateur de beau temps, et nous avions appris par coeur l'échelle Beaufort, sur laquelle le grand frais se situait entre force 6 et 8, promesse de secouage pouvant aller jusqu’au raoul.
Notre Père, qui n'est pas aux Cieux puisqu'il vient encore de me pourrir le dernier réveillon, nous faisait la Sainte Lecture de l'échelle Beaufort du marin approximatif, qui était parue dans la revue Bateaux, et nous trouvions cela fort drôle.


Heureusement voici l'avis de grand frère, qui va tout résoudre.









http://www.mediafire.com/file/o3rxt6aedp8626o/avis%20de%20grand%20fre%u0300re.zip


[Edit] 
Et voilà, j’ai encore oublié l’essentiel. 
Je trouve une astuce vaseuse pour titrer ma compile, je la poste, et sans plus attendre, je prends deux ris sous cape dans la grand-voile, et je tente de regagner la côte avant la tempêteau mépris des sémaphores, je rigole dans ma barbe imberbe, et j’oublie d’aborder la vraie question.
« L’avis de grand-frère » ne se justifie que si j’évoque La tempête Eleanor qui a balayé la France les 2 et 3 janvier, dont le bilan a été porté à 7 morts. 
Bienvenue sur ma tombe, les gars.
J'espère qu'à votre enterrement, quelqu'un va avoir la bonne idée de réciter ce petit texte :

« La mort n'est rien : je suis seulement passé, dans la pièce à côté.
Je suis moi. Vous êtes vous.
Ce que j'étais pour vous, je le suis toujours.
Donnez-moi le nom que vous m'avez toujours donné.
Parlez-moi comme vous l'avez toujours fait, n'employez pas un ton différent.
Ne prenez pas un air solennel ou triste.
Continuez à rire de ce qui nous faisait rire ensemble.
Priez, souriez, pensez à moi, priez pour moi.
Que mon nom soit prononcé à la maison comme il l'a toujours été, sans emphase d'aucune sorte, sans une trace d'ombre.
La vie signifie tout ce qu'elle a toujours été. Le fil n'est pas coupé.
Pourquoi serais-je hors de vos pensées, simplement parce que je suis hors de votre vue ?
Je ne suis pas loin, juste de l'autre côté du chemin. » 

un Warsenien Anonyme démonte ici l’imposture qui consiste à l’attribuer à Péguy.
On s’en branle, comme il est dit quelque part dans la compile.
Enfin, une source fiable nous dit que c’est de Canon Henry Scott-Holland (1847-1918), traduction d'un extrait de "The King of Terrors", sermon sur la mort (1910).
Quelquefois attribué à Charles Péguy, d'après un texte de Saint Augustin.
On s’en branle une seconde fois, avec un début de lassitude.
Mais le texte est pas mal, dans de telles circonstances, 
Je te le dis en tant qu’utilisateur occasionnel
(le moins souvent possible, quand même)
Revenons à nos tempêtes.

Le grand-frère présumé, à mon avis de grand frêre de ma soeur, c’est la tempête David qui balaie actuellement le nord de l’Europe.
Alors pourquoi j'ai pas baptisé ma compile "Avis de David", tout simplement ? Hé bien parce que nous pourrions dire que c'eut été débile et abscons. 
Pas de ça chez moi.
Et nous voici donc une fois de plus face à nos responsabilités éditoriales : 


les ouragans et les tempêtes portent tous des prénoms, d’homme ou de femme. 
Et pourquoi donc les ouragans et les cyclones ont-ils des noms féminins ? 
est-ce que ça serait pas un peu sexiste, et weinsteinien ?
Et la bonne question ne serait-elle pas “pourquoi les femmes ont-elles des noms de cyclone ” ?
Voici comment les deux principaux organismes qui baptisent les ouragans au niveau mondial les choisissent.

http://abonnes.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2017/09/07/irma-harvey-jose-comment-sont-nommes-les-ouragans_5182473_4355770.html?

Et pourquoi les cyclones du genre féminin sont les plus meurtriers ?

http://abonnes.lemonde.fr/planete/article/2014/06/02/pourquoi-les-cyclones-du-genre-feminin-sont-les-plus-meurtriers_4430561_3244.html

Comme ça, on ne pourra plus jamais prétendre que je raconte n’importe quoi.
Non mais sans blague.


mercredi 17 janvier 2018

Le dernier San Pellegrino (3)

Aaah crottalors, j'ai toupaumé les fichiers pour publier la suite de mon article sur le dernier San Pellegrino.

Je les avais laissés à l'arrière de ma 203, vous savez, jamais 203, comme cette troisième tentative pour boucler l'affaire San Pellegrino, et enfin passer à autre chose.

Même revenir aux joies simples de passer des disques volés à la Fnac quand les caissières ont le dos tourné.
Mystérieusement, mes fichiers sont réapparus chez la concurrence, sans doute pour faire gonfler les stats de fréquentation de son autre blog.

Mais l'un dans l'autre, c'est pas le Pérou, dans le Landerneau de ma cyber-auto-addiction.




On dirait que les bots ont déserté massivement ma tombe.
Je pensais qu'ils étaient peut-être partis chez 
(illustration)


mais je vois que ça fait 7 ans qu'il a lâché l'affaire.



Quand à mon hyper-secret, son succès reste confidentiel.

Jamais 203 : heureusement qu'il me reste mon tumbler pour blurrer des photos floues, plateforme sur laquelle je n'ai pas encore pu localiser le bouton statistiques, et pourtant il est là, quelque part.
Veuillez nous excuser pour la gène occasionnée.
Je ne promets pas de ne pas recommencer.

dimanche 14 janvier 2018

Hans Zimmer & Benjamin Wallfisch - Blade Runner 2049 Soundtrack (2017)

Il n' y avait que Hans Zimmer, ce gros bourrin teuton de la bande originale de blockbuster hollywoodien, pour pouvoir commettre une telle épopée sonore, propre à faire mouiller leur culotte à tous les vendeurs de home cinema du rayon électro-manager et armes de destruction massive de chez Darty.
Il revendique clairement le lourd héritage de Vangelis "Pépètes en Acier", tout en poussant l'histoire un cran plus loin, à condition que votre ampli soit gradué jusqu'à 11, comme dans Spinal Tap.
Et le film, me direz-vous ?
Il réconcilie les dickiens avec le cinéma.
Et avec Harrison Ford.
Ni moins, ni moins.


https://soundcloud.com/ahmad_mohammad/blade-runner-2049-soundtrack-hans-zimmer-benjamin-wallfisch

[Edit] 
Journal de visionnage visionnaire du capitaine Warsen, à bord de l’Enterprise, on the Road to Nowhere.

Il parait que le Director’s Cut de BR 2049 est en préparation, et qu’il dure 8 heures.
Villeneuve a réintroduit dans la continuité narrative toutes les chutes des plans dans lesquels Ryan Gosling attend, près de la photocopieuse à clones (une sorte d’imprimante 3D du futur) que sorte sa nouvelle bien-aimée, flambant neuve et prête à satisfaire tous ses désirs les plus secrets sans aucun court-circuit au moment crucial.
J’aime bien Ryan Gosling, parce que dans tous les flims que je regarde dans lesquels il officie, il joue un personnage en déréliction, dans un monde en déréliction. 
Du coup, dès que je le vois j’ai une déréliction aussi, ce qui n'est pas pour me déplaire.
Hier soir, j’étais fin prêt, j’avais réussi à en regarder un bon quart d’heure dans la journée sans m’endormir, au prix d’une petite sieste préventive, et puis les filles ont soudain pris possession de la télé pour regarder Michael Douglas dans Liberace et être subjuguées par ce vieux pédé, et j’ai été obligé de me rabattre sur mon ordi et d’écrire un nouvel article hypertélique.

——————
A y est.
K. a vu le film (tout le monde sait que dans l'intimité, on m'appelle K. Enfin, moi je m'appelle K. Quand je m'appelle. Mais ça sonne souvent oKupé).
Une fois l’exaltation du visionnaire visionnage en 1080p HD retombée, ce film est quand même à mon sens bourré de défauts raidibitoires :
- les filles virtuelles ou réelles y sont super-jolies, donc déjà il me réconcilie avec les filles, ce qui n'était pas une mince affaire. 
- ensuite, il me réconcilie avec Ridley Scott, qui a produit le film sans éprouver le besoin de le saloper de ses immondices habituels, qu'on ne peut tous mettre sur le dos des maladies du 4ème âge.
- de plus, il me réconcilie avec Denis Villeneuve, avec lequel je n'étais pas fâché, mais quand même.
Ca aurait pu être l'occasion.
- ce film prouve enfin, 36 ans après sa mort, qu'on peut quand même faire du bon cinéma avec Dick et sa soeur morte en bas âge, ce dont K. se réjouit, et c'est pas trop tôt, ça fait quand même 36 ans que j'attendais de jouir, le doigt sur la télécommande avec mon pantalon baissé, au risque de m'enrhumer dans les courants d'air.
- et ultimement, ce film me réconcilie avec Harrison Ford, et ça, ça me débecte profondément.
Allez, je vous laisse, je vais aller fêter ça aux cyberputes.
Joie et bonheur pour 2018 !
—————
Pendant ce temps, dans le virtuel, un ami me fait une boutade à propos du terme de déréliction, employé un peu a l’aveugle quelques posts plus haut et quelques jours plus tôt à propos de Ryan Gosling, parce que finalement, je dois te l’avouer, j’ai une approche très tactile du langage quand je suis dans l'élation.
Donc mon ami, que certains d’entre vous ne méconnaissent pas comme Louis-Julien Poignard, président du Groupe de Réalité Réelle Ratée, me maudit d’avoir dû compulser Petit Robert pour y confirmer le sens du mot déréliction : “joie profonde provoquée par un sentiment de solidarité avec une communauté soudée et résolument engagée dans une démarche optimiste de construction de l’avenir”.
Il se moque : chez moi la déréliction c’est plutôt un Sentiment d'abandon et de solitude morale, voire au plan théologique une épreuve de la vie mystique dans laquelle le fidèle a le sentiment d'avoir perdu la grâce, d'être dédaigné pour l'éternité.
Mais alors c’est pas mon Poignard pour rien, cet ami, parce que finalement je réalise que ce diable d’homme-en-quête-de-son-humanité de Ryan Gosling, soit dit sans spoiler divulgâchage, dans Blade Runner 2049 € TTC, il joue sur les deux tableaux, car il parvient à incarner les deux significations un peu hasardeuses que nous attribuons à cette foutue déréliction de mes deux, enfin trois avec mon kyste, mais j'irai me le faire enlever quand j'aurai rencontré la bouddhiste noire à gros seins de mes rêves sur Adultfriend finder, tous les deux donc, mais à nous deux on en a cinq, avec nos efforts réunis de disapointed mélenchonists qui la ramènent pas trop avec la réalité ratée, ahanant de concert autour du treuil d’ancre pour remonter 25 kgs de fonte sémantique coincés sous un rocher d'inconscient qui nous vaudra sans doute un bon lumbago dans les rues de Ciutadella, significations que nous empruntons à différentes marques de poudre à laver le cerveau d’internet, parce que s’il fallait chercher le sens des mots par nous mêmes, ça serait aussi hasardeux que d’enfermer des singes avec des machines à écrire en faisant confiance aux statisticiens qui ont prédit qu’en 500 000 ans ils avaient une chance non négligeable de réécrire tout Shakespeare, mais quand même, Ryan Gosling il est trop fort, parce qu’en plus on ne peut aimer Blade Runner 2049 € TTC que si on avait conchié le Blade Runner 1, ce qui était mon cas, et le regarder comme un préquel un peu foireux et chichiteux.
Et franchement mon ami je pense que sa définition il l’a piquée à un Macron pré-électoral, ce qui veut dire que il se moque encore de mon peu d’instruction et j’ai bien de la peine à ne pas en prendre ombrage, ou alors plus logiquement c’est parce que il abhorre me voir laisser trainer ma ligne à l’arrière du bateau dans l'espoir d'attraper des maquereaux car il les préfère vivants dans l'océan, mais il serait bien content peut-être maintenant si je remontais un Macron des grands fonds et que je le laisse l’étriper et le finir à coups de marteau et de faucille, mais c’est un peu tard, c’est devant l’urne qu’il faillait la jouer Marine, si le voilà comme je le suspecte tout pénétré du désagréable sentiment d’être gros-jean comme devant par derrière, il ne peut que s’en prendre à Poignard, y’a déjà assez d’embrouilles comme ça en loucedé au sein du GRRR, mais c’est vrai qu’en ce moment la réalité elle est moins ratée que d’habitude, c’est un peu déstabilisant mais c’est quand on va s’habituer qu’il faudra redescendre, je vois bien le coup venir, et j’attends son tapuscrit pour en faire un résumé succinct, mais c’est pas gagné, en attendant ça me reposera les yeux des poudres à laver d’Internet.

samedi 13 janvier 2018

Pif, l’envers du gadget (2017)

Mon père était tellement de gauche
qu'on habitait rue Jean Jaurès
Qu'il m'obligeait à lire Pif Gadget

https://www.arte.tv/fr/videos/051898-000-A/pif-l-envers-du-gadget/

je n'intègre pas la vidéo, elle se lance en autoplay, la bougresse.
disponible jusqu'au 20/01
cet article s'auto-détruira ensuite, pensez donc à éteindre votre ordinateur avant.

jeudi 11 janvier 2018

L'amour Est Un Os - La Souterraine (2017)

Message de service :
j'ai reçu ça ce matin il y plus de trois semaines, et je plussoie :

Bonjour là-haut,
Tout d'abord, parce qu'il faut veiller à s'alimenter autrement, nous vous conseillons la vision de ce film de Luc Moullet, "Imphy, capitale de la France", extrait de l'émission "L'oeil du cyclone" sur le Canal + de 1995. Passées les 2 premières minutes, ce document se révèle tout à fait utile - au point de nous donner l'envie de nous lancer dans une pétition pour que la Souterraine (Creuse) soit la nouvelle capitale de la France. Bref, voilà 26 minutes de bonne téloche.
$$$$$

Vous voilà toujours dans la possibilité de participer à notre campagne de donation directe, notre source de financement ultra-majoritaire à ce jour. Ceci est fondamental. Vous recevrez, à un moment, par tirage au sort, des choses issues de la Souterraine.
Toutes les informations sont ici : https://www.tipeee.com/la-souterraine
Vos commentaires, vos critiques et vos encouragements sont les bienvenus également : souterrainiste@gmail.com

========

Une autre raison de nous supporter ces jours-ci, c'est la sortie de OUF. En décembre 2014, nous avons sorti en un coffret 4 CD la première anthologie souterraine compilant les 4 premiers volumes publiés. Elle est aujourd'hui épuisée.
Aujourd'hui sort "OUF, l'anthologie souterraine, 2015-2017", 22 chansons de variétés underground. Elle est disponible en CD et en double-vinyle et toujours en numérique à prix libre : http://souterraine.biz/album/ouf-lanthologie-souterraine-2015-2017
PS : si vous êtes usagers des plateformes de streaming traditionnelles, OUF est ici, et voici où nous sommes sur APPLE MUSICDEEZERSPOTIFY et YOUTUBE

Le comité d'écoute

- commentaire à chaud, H20, même, du Comité de Déréliction :
Parmi ces quatre albums, que je n'ai pas encore tous lécoutés, parce que vous n'êtes pas sans ignorer que j'ai les deux mains prises dans le 220V en ce moment, ma préférence instinctive, depuis que j'ai lâché l'ombre pour la proie, va sans nul doute à celui de reprises d'Arlt.
Mais je peux me tromper, c'est déjà arrivé et ça arrivera encore.

.... et la vidéo de Luc Moullet, Béni soit son Saint Nom, pour manger avec :

mardi 9 janvier 2018

Vincent Baguian - Les biches regardent avec dédain (1996)

Dans un souci légitime de transdisciplinarité qui soit aussi heuristiquement féconde qu'Edgar Morin taillant une bavette avec Jacques Attali, et aussi pour faire gonfler les stats de mon autre blog, j'ai déplacé l'article ici.
Veuillez nous excuser pour la gène occasionnée.
Je ne promets pas de ne pas recommencer.

lundi 8 janvier 2018

No w0man No p0rn : le Director's Cut (2018)

Pour une fois, je vais être franc avec vous, c'est à dire avec moi, puisque je viens de recevoir mes papiers militaires pour partir à la guerre avant mercredi soir une lettre anonyme et pourtant toute simple de

Stephen JOURDAIN, écrivain français, 1931-2009

« Je suis le secret enfoui dans l'odeur de l'herbe fraîchement coupée, dans le houououhh du vent s'engouffrant dans le conduit de cheminée, dans les cent mille doigts de l'averse de neige, dans la nacre d'un matin de printemps, dans le message muet d'un alignement de marrons d'Inde, dans la déclivité de la plage et la danse des poux de sable ; je suis ce qui jadis vous rendit vivant, je fus l'instigateur de tous vos émerveillements, de tous vos étonnements, je suis l'unique raison pour laquelle quiconque, jamais, s'aima et aima, je suis le secret qui irrigua chacun de vos secrets d'enfant, je suis l'ange que tout enfant porte en filigrane et que vous avez tué. 
Je suis vous. »

donc, tout ce baratin fumeux qui fleure bon le new-age old fashion mais avec une touche de french touch, pour vous dire qu'au jour d’aujourd’hui d’hier,
il faisait un temps à faire du montage vidéo



et pourtant
j’aurais mieux fait de faire du bricolage
c’est décidé, demain j’essaye FCP X 10.4 au bureau
c’est moins dangereux
autant pour mes velléités de reprendre la guitare
mais c'est pas rave
je vais aller m'acheter un micro usb
et je ferai du Garage Band sans les mains

JW, le roi du cut

En ce qui concerne la compile, je ferai la pochette plus tard,
je suis au bureau
si vous croyez que j'ai que ça à faire...


http://www.mediafire.com/file/u0u8dwp8riy8261/2018_no-w0man-no-p0rn.zip




[Mercury Records Audiophile Deluxe Edition] 

 [Edit] 

Stephen Jourdain m'a appelé pour savoir où j'en étais avec la pochette.
J'avais complètement oublié.
La voici.


dimanche 7 janvier 2018

Chauve and Tel.

Hééé oui, c'est toujours la grève des clowns sur ce blog, paralysé par la crampe de l'écriveur dans les vespasiennes publiques.
C'est dommage, j'ai plein d'articles chouettes à envoyer du pâté, mais le chantage au voisin d'en face continue. Alors je reste à la fenêtre / A regarder passer les camions militaires / Puis je décroche le téléphone / Et je regarde les postières par le trou de l'écouteur
...enfin je vais pas m'étendre, hein, vous connaissez ce refrain, entonné par des millions de marcassins de Panurge à travers le monde.


Et puis, j'ai déjà un média social entièrement consacré - le mot est faible - à ce type d'épanchements de Sydonie.
Comme disait Clemenceau, la tolérance, y'a des maisons pour ça.
Sinon, j'ai des fiches de lectures toutes prêtes, au cas où il serait déjà l'heure d'être vieux et de lire des livres.
https://samquixote.blogspot.fr/2017/12/top-10-best-comics-of-2017.html
J'ai même trouvé chez ce bon vieux Sam une critique d'un comics que je suis en train de lire, chronique avec laquelle je ne suis pas du tout d'accord, puisqu'on y traite de démonologie, de meurtre rituel du père symbolique avec un calibre 22, et que le dessin de Vanessa del Rio Rey m'évoque le Blutch période Donjon.
Tiens, je vais lui écrire un chant de protestation, ça va me détendre.

Sinon aussi, en écoutant le best of annuel du gramophone, qui a beaucoup perdu de son talent de dénicheur depuis qu'un des rédacteurs a pris feu et qu'on l'a éteint à coups de pelle, mais bon, on reste fidèle à ses engagements pris envers des inconnus qui s'en cognent comme de leur première lettre d'avertissement d'Hadopi.


Sinon encore mais après n'y revenez plus, j'ai quand même une bonne nouvelle pour les amateurs de chanson française de qualité en phase terminale. Une actu chassant l’autre, le Jour de L’An a été trainé dehors avec du goudron et des plumes pour faire de la place à l’Epiphanie, et j’ai failli me casser le bridge sur la fève à midi (...) et la fêve, c’était le barde Assurancetourix. C’est un signe, car je choisis de l'ivoire. Je vais donc reprendre la gratte, parce que le clavier, ça va bien un moment. D'ailleurs j'ai reçu un  Message de service à caractère informatif :
tu vas pas pouvoir tenir encore longtemps comme ça, et ça n'a déjà que trop duré.





Sinon final, il pleut comme vache qui pisse du Pink Floyd à la chaine.
Ou comme sur la pochette d'un vieux Peter Gabriel.
Un temps à réécouter le dernier Orelsan, car la fête est finie.
Mais vous faites ce que vous voulez.
Personnellement j'ai amené du travail cybernétique à finir à la maison, je risque pas de m'ennuyer une seule minute.




D'ailleurs, oserai-je dire sinon, rien qu'en triant des masters et en les renommant conformément à la nomenclature en vigueur à l'heure où je vous cause et où je n'ai manifestement rien à dire de plus que ce que je dis sur mon autre blog, n'oublie pas d'omettre de mettre le lien sinon tu vas fatiguer les gens avec tes fariboles, je retrouve cet incunable tout à fait de saison.


il ne vous zappa échappé cette semaine (j'ai un ch'veu sur le teaser) from john warsen on Vimeo.

Pour ceusses que ça intéresse, la version non foirée est dispo en toute saison, hiver comme hiver, ici même (j'ai bien peur que ce soit un autre de mes blogs en déréliction, mais ça nous entrainerait trop loin sur la piste pentue et tangentielle des fake niouzes, et il se fait déjà tard puisque c'est presque l'heure d'être vieux)